Categories Jeux payants

Critique, test, avis jeu 2017 : Resident Evil 7 biohazard

avis-resident-evil-7

Resident Evil 7 Biohazard est un jeu vidéo virulent de survivol horror qui est sortie sur la PS 4, XBox One, et PC, le 24 Janvier 2017.

Présentation :

Resident Evil 7, c’est véritablement un retour aux sources d’une série à la dérive, et un retour intelligent. L’histoire, c’est celle d’un monsieur Ethan qui reçoit des nouvelles de sa bien-aimée Mia disparue depuis 3 ans. On se retrouve dans une vieille baraque isolée aux fins fonds de la Louisiane. Ici, on affronte une petite famille de psychopathes méchamment atteints. Même si d’autres créatures rodent dans les recoins sombres, les fusillades restent assez ponctuelles pour être surprenantes.

Mon avis :

Avec ce Resident Evil 7, Capcom se souvient enfin que la peur se construit, que les fausses alertes, les bruits inquiétants précédents un unique adversaire sont bien plus efficaces qu’une armée de zombies. Resident Evil, c’est un vrai survivol horror dans lequel on a peur. Certes, l’horreur s’appuie sur des artifices classiques à vous faire sursauter. Il joue la carte de gore et du trip plutôt que de l’horreur psychologique et ça fonctionne. Malgré une intrigue de série Z, l’effort sur la narration est palpable, ça passe par des cinématiques qui profitent d’un bon doublage français, des documents à collecter, des flashbacks vidéo-jouables. Si le choix de la vue subjectif froissera quelques intégristes, sachez cependant qu’on retrouvera toutes les mécaniques typiques de la série : l’inventaire restreint, les combinaisons d’ingrédients, les puzzles improbables pour déverrouiller les portes, les pièces sures avec des coffres communicantes, les points de sauvegardes fixes, plus quelques checkpoints judicieux. En alternant entre exploration classique, combat, poursuite, en tant que proie évidemment et pièges sadiques. Les fins de repères ont même quelques petits clins d’œil.

Bref, Resident Evil 7 renoue avec toutes les qualités de l’opus original. Reste que la réalisation n’est pas toujours convaincante avec des comportements parfois très mécaniques des boss. Et puis aussi, lorsqu’un monstre abominable veut vous arracher la tête, on aimerait sprinter comme Hussein Bolt. On peut aussi remarquer qu’il manque d’originalité, de subtilité, lorsqu’on a gouté à Outlast ou genre. Enfin, la possibilité de vivre l’aventure en vert ne s’avère pas très concluante. L’immersion est là mais faute d’aménagement visuel, la nausée aussi. En ce qui concerne l’aspect technique, j’ai été agréablement surprise qu’il tourne à 60 FPS constamment, donc, c’est un petit confort visuel supplémentaire, et j’ai envie de dire que cela ne fait jamais de mal. Par contre, il y a quelques bugs  notamment visuel mais bon après, il n’y en a pas des masses mais il fallait que je vous le dise. Et puis, visuellement, j’ai quand même été mitigée parce que c’est parfois très propre, mais globalement, en termes de texture, on est parfois à la limite de la PS3 voire pire, notamment au début du jeu.

Si cet opus ne place pas Resident Evil sur le podium disputé des meilleures expériences horrifiques, ce 7ème volet remet la série sur les bons rails et ça fait plaisir.

resident-evil-7