Categories Jeux payants

Outlast 2 mon test

test-outlast-2

Parmi les jeux les plus terrifiants jamais exposés sur la toile, j’avoue que Outlast 2 m’a vraiment fait flipper à plusieurs reprises, un peu comme lui. Ce jeu représente pour moi la substantifique moelle de survival. Quand vous vous retrouvez au beau milieu d’une ambiance tout à fait folle et morbide, avec des bruits incroyablement terrifiants et des jump scare horrifiants, alors que vous ne disposez d’aucune arme pour vous défendre, là oui, vous avez la peur de votre vie.

Un survival que j’adore

Les survival font partie de mes jeux préférés : Resident Evil, Silent Hill et récemment Condemned Criminal Origins. Tous ces jeux me passionnent notamment grâce à leur graphisme complètement en Full HD, très réaliste pour chaque période, me plongeant directement dans l’angoisse totale. Mais à côté de cette liste non exhaustive des jeux d’horreur que j’ai pu côtoyés, Outlast 2 dépasse vraiment tout ce qui est possible en termes de jeu cauchemardesque. Les mots me manquent pour vous expliquer exactement de quoi il en relève, mais les souvenirs qui continuent à me marquer l’esprit sont si effrayants que j’en ai vraiment eu la chair de poule. Comment vous expliquer le fait que ma peur était telle que même sous les grosses gouttes de sueur qui coulaient sur mon visage, j’avais l’impression qu’on me déversait de l’eau glacée sur la colonne vertébrale. Franchement, si vous n’avez pas un brin de culot, ce genre de jeu n’est vraiment pas fait pour vous.

outlast-2-test

Outlast 2 VR

Outlast n’est vraiment pas un jeu qu’on essayerait en mode VR, même les plus fous ne supporteront pas de telles horreurs assez longtemps. Rien qu’avec la démo d’Outlast 2 disponible sur le PSN, la folie est bien présente et tellement proche du réel que ça fait flipper dès les deux premières secondes de lancement. Ceux qui ont débuté avec le premier opus d’Outlast constateront que les développeurs ont remplacé l’asile claustrophobe par un petit village niché au milieu de nulle part. Les zombies ont aussi fait place à des êtres encore plus sataniques, une ambiance totalement déjantée qui cache toutes les atrocités possible. Des cadavres d’enfants qui gisent ici et là, des portes qui claquent des jump scare très réalistes, bref de quoi vous faire vivre les plus longues heures de peur de votre vie.

Les gamers confirmés vont peut-être par ailleurs se lasser très rapidement avec Outlast 2 à cause des scènes un peu trop répétitives dans l’ensemble. Bien sûr, pour un jeu d’horreur, c’est le fait de sursauter à la moindre occasion qui prime. Mais à force de répétition, l’effet de surprise et de torpeur peut aussi s’effacer rapidement chez certains joueurs. La peur de mourir à tout moment peut ainsi laisser place à l’envie de s’enfuir tout simplement comme un lâche. D’ailleurs, c’est cela le but dans Outlast 2 : réussir à sortir vivant d’un monde chaotique, complètement débile où il n’y a pas beaucoup d’autres choix en option. Il est aussi tout à fait possible de se  lasser rapidement de quelques fonctionnalités comme le fait de devoir tout le temps changer les piles de son caméscope pour pouvoir continuer à circuler dans le noir.